mission des CPH l an dernier au Village St Joseph

Graines en Vie : cinq missions officiellement décidées !

Lors du dernier comité de pilotage de l’association étudiante Graines en Vie, le 10 novembre, plusieurs missions solidaires ont été actées pour le mois de juin prochain. Le point avec Flore Autric, 23 ans, présidente de l’association.

Graines Vie : cinq missions officiellement décidées !
Flore Autric, présidente de l’association Graines en Vie, 2020-2021.

Plusieurs missions ont été officiellement validées lors du dernier comité de pilotage : peux-tu nous en parler ?

La première mission qui a été décidée implique des étudiants du D.U (Bac +1) OPEN qui serviront au mois de juin, à Calais, dans le Nord, au sein de l’association Utopia 56. Celle-ci œuvre auprès des exilés, des migrants et des réfugiés. Elle leur apporte des biens de premières nécessités, des repas, des habits. Elle organise des maraudes et se met en recherche de lieux pour accueillir les familles et les enfants à la rue. Elle assure aussi un suivi juridique de ces personnes d’origine étrangère.

Quelle est l’implication des étudiants dans ce genre de mission ?

Pour le D.U (Bac +1) OPEN, les missions se réalisent en groupe de neuf étudiants. Ce sont les formateurs qui cherchent le lieu des missions, à charge pour les étudiant d’entrer ensuite en contact avec les partenaires pour organiser leur mission avec eux pendant le reste de l’année. Les étudiants du Bachelor, eux, ont un peu plus de marge de manœuvre (notamment les troisièmes années) pour trouver leurs lieux de missions.

A part le partenariat officiellement noué avec Utopia 56, quid des autres missions ?

Un autre groupe du D.U (Bac +1) OPEN partira au village Saint Joseph, en Bretagne. Cette association accueille des personnes en situation de précarité (ex-détenus, toxicomanes, SDF, etc.). Enfin, une autre mission a été décidée pour OPEN : à l’abbaye de Bonnecombe, près de Rodez. Cette abbaye est un lieu d’expérimentation et de réhabilitation dans lequel les étudiants travailleront sur un chantier en compagnie de quatre ou cinq demandeurs d’asile. Ce partenariat a été rendu possible grâce à Fondacio, le mouvement chrétien de tutelle de l’IFF Europe.

Graines Vie : cinq missions officiellement décidées !
Les étudiants du D.U (Bac +3) Conduite de projets humanitaires, au Village Saint-Joseph, à l’été 2019.

D’autres missions sont-elles envisagées pour OPEN ?

Certaines n’ont pas encore été votées car elles restent en cours de démarchage. Il est donc difficile d’en dire plus… Je peux juste évoquer une quatrième mission potentielle dans un autre village Saint Joseph (installé près de La Rochelle). On a peut-être aussi une piste à creuser pour participer à un chantier d’éco-construction.

« Cette situation de confinement nous stimule même pour faire preuve de créativité. »

Concernant les missions du Bachelor et du D.U (Bac +3) Conduite de projets humanitaires, où en êtes-vous ?

Pour B1 (première année), les missions restent à définir. Les étudiants de la 2e années du Bachelor ne font pas partie de Graines en Vie : ils partent individuellement en stage pendant six mois dès janvier. Quant aux étudiants en troisième année, ils ont un projet en Roumanie au sein de l’association Zambet Pentru Zambet. Cette association vient en aide à des enfants orphelins ou dont les parents sont éloignés géographiquement : sur place, nous nous occuperons d’eux et participerons à un chantier de construction d’un centre de loisirs pour eux. Les étudiants du D.U (Bac +3) Conduite de projets humanitaires iront en Moldavie, avec l’association Vent d’Est, pour travailler au développement du tourisme solidaire local et y soutenir les populations défavorisées. Ils seront aussi attendus là-bas pour réhabiliter l’école d’un village. Les autres missions se passeront sans doute en France, vraisemblablement chez Emmaüs, l’association fondée il y a longtemps par l’abbé Pierre. Mais cela reste encore en phase de discussion.

Les prochaines missions pourront-elles être maintenues à l’étranger en dépit de la crise sanitaire ?

Effectivement, la situation actuelle rend ces missions incertaines. Mais nous travaillons à des plans B. Pour l’instant, les missions décidées sont possibles et sont programmées. On y verra plus clair dans quelques mois.

Le moral de Graines en Vie est-il bon malgré la pandémie ?

Oui, le bureau de l’association reste très motivé même si quelques étudiants connaissent forcément un coup de mou à certains moments. Cette situation de confinement nous stimule même pour faire preuve de créativité.

Quel est votre budget pour l’ensemble des missions ?

70 000 € officiellement. Mais il devra sans doute être adapté en fonction de l’évolution de la situation sanitaire et du choix des missions qui n’ont pas pu être décidées lors du dernier Comité de Pilotage de l’association. 10% du montant est assuré par les étudiants eux-mêmes. Le reste est assuré par le mécénat (un chantier auquel les membres étudiants de Graines en Vie s’activent) et de l’autofinancement. On vient par exemple de commercialiser du jus de pommes préparé par nos soins.

Quel est l’espoir des étudiants par rapport à ces missions à venir ?

C’est l’espoir de participer au bien commun, à la solidarité quelle que soit la situation sanitaire.

Pour mieux connaître Graines en Vie, l’association étudiante de l’IFF Europe, et la soutenir, cliquer sur ce lien : https://www.helloasso.com/associations/association-graines-en-vie

Graines Vie : cinq missions officiellement décidées !