Ledito IMAGE 1 1024x576

Dégager l’essentiel de l’accessoire…

Dégager l’essentiel l’accessoire...

Chers amis de l’IFF Europe,

En cette fin de mois de septembre, et après la coupure estivale, il est bon de revenir vers vous. Quelle est votre actualité ? Quels sont les mouvements qui traversent vos vies ?

A l’IFF Europe, ce mois de septembre m’invite à dégager l’essentiel de l’accessoire. C’est ce que nous vivons avec les étudiants qui découvrent, jour après jour, que la pédagogie de l’école vient les rejoindre dans leur existence, leurs enjeux propres. Ils sont eux-mêmes invités à cette qualité de présence, de vérité et de relation qui donne du goût à la vie.

Ce retour à l’essentiel, je l’ai vécu avec ma famille début septembre, alors que nous accompagnions notre père vers son dernier passage. Dans ces moments de veille et d’agonie, nous avons fait l’expérience que seul l’essentiel demeure : un regard qui s’accroche, une main qui caresse, une voix qui chante, une parole qui libère. Rien ne compte plus que la délicatesse de l’amour, donné à celui qui se prépare à son grand départ, mis en partage entre nous.

Ce retour à l’essentiel, nous l’avons également vécu, avec André Dumont, responsable de la 3e année du Bachelor « Conduite de projets – mention développement et solidarité ». Nous sommes partis avec un certain nombre de membres de Fondacio, acteurs du site de l’Esvière, sur lequel notre école est implantée, pour un voyage apprenant. Nous avons vécu une immersion de deux jours au cœur du « Campus de la Transition », à Forges. L’expérience des « campusiens » est bien ce retour à l’essentiel, marqué par une vie sobre voulant « moins de biens et plus de liens », incluant la formation et la recherche. La mission de ce lieu est de promouvoir une transition écologique, économique et humaniste, à l’échelle des enjeux qui bouleversent notre siècle et remettre l’économie au service de l’Homme et de la Nature[1].

Ainsi, à chacun, je souhaite que cette année soit l’occasion d’être veilleur, attentif à tout ce qui dans nos vies nous permet de dégager l’essentiel de l’accessoire. Je souhaite que chacun de nous puisse partager ses découvertes à d’autres afin de leur donner de la consistance.

Je vous laisse pour finir avec ces mots de Colette Nys-Mazure qui résonnent en moi : « Toi que fais-tu de ta vie ? Quels sens  ̶  saveur, orientation et signification  ̶  lui donnes-tu ? »

[1] Cf. plaquette de présentation du Campus de la Transition.