photo Lucie Rayon

« Beaucoup de moments forts me reviennent à l’esprit quand je repense à cette année. »

La parole aux anciens

Lucie Girard (Rayon, de son nom de jeune fille) a fait ses études à l’IFF Europe il y a dix ans. Aujourd’hui chargée de gestion et du suivi en situation professionnelle à l’école Bioforce (qui forme aux métiers de l’humanitaire), Lucie raconte son parcours et ses souvenirs. Interview.

Qu’as-tu fait à l’IFF Europe et qu’as-tu tiré de ta formation dans cette école ?

« Beaucoup moments forts reviennent l’esprit quand repense cette année. »
Lucie Girard, ancienne étudiante d’OPEN.

J’ai suivi le programme OPEN (Orientation Projet ENgagement, NDLR) en 2009-2010, à l’issue d’une Licence en langues étrangères. Mon projet professionnel était très flou à ce moment-là, je me posais beaucoup de questions et surtout, j’étais en quête de sens à donner à ma vie. Tout au long de cette année, j’ai rempli ma boite à outils (les enseignements sont tellement divers et enrichissants) et dix ans plus tard je pioche encore très régulièrement dedans, dans plein de situations différentes. J’ai également énormément apprécié la diversité au sein de notre promotion, nous étions nombreux et la seule chose que nous avions tous en commun c’était notre inscription à OPEN : l’idéal pour favoriser l’ouverture d’esprit. Les amitiés qui se sont tissées au cours de cette année me sont encore très précieuses aujourd’hui !

Quel est ton meilleur souvenir de ton passage à l’IFF Europe ?

Je n’ai pas de « meilleur » souvenir en particulier, mais beaucoup de moments forts me reviennent à l’esprit quand je repense à cette année. Il y a par exemple mon stage solidarité en Roumanie, dans un centre qui accueille des personnes avec des déficiences mentales. J’y suis arrivée en plein mois de janvier, il faisait -24°C, je ne comprenais ni ne parlais pas un mot de roumain… mais qu’est-ce que je me suis sentie bien là-bas ! Chaque matin je faisais le trajet à pied avec une personne accueillie dans ce centre depuis son domicile. En 30 min, la seule chose que nous disions à chaque feu tricolore, c’était sa couleur : « rosu » ou « verde ». Elle souriait tout le temps et je me sentais vraiment bien en sa compagnie ! Je suis toujours en contact avec les responsables du centre et j’espère bien y retourner un jour !

Qu’as-tu fait ensuite ?

Après l’IFF Europe j’ai fait un Master en sciences humaines et sociales à Paris, à la suite duquel j’ai travaillé pendant deux ans comme accompagnatrice sociale dans un centre d’hébergement temporaire mère-enfant. Ce métier était plein de sens, mais ne me correspondait pas : trop dur émotionnellement. Je voulais rester dans le secteur social / solidaire, mais je devais trouver une autre manière de le faire. Je me suis alors souvenue que depuis le collège, j’avais toujours envié les personnes qui occupaient des postes administratifs ou pédagogiques. J’ai alors fait quelques « enquêtes métiers » auprès de différentes personnes dans le secteur de la formation, et je me suis réorientée. Depuis cinq ans, je suis chargée de gestion d’une formation post-bac à Bioforce (une école basée à Lyon et qui forme aux métiers de l’humanitaire) et j’accompagne notamment les étudiants en alternance. C’est un métier passionnant, qui me permet d’allier mon besoin de « coordonner, gérer, administrer », tout en faisant de l’accompagnement avec des jeunes aux convictions fortes et enrichissantes.

Quels conseils pourrais-tu donner aux actuels étudiants de l’IFF Europe ?

Je leur dirais simplement : prenez le temps d’écouter ce qui fait vibrer vos tripes et faites-vous confiance ! Saisissez cette formation que vous suivez à l’IFF-Europe pour en apprendre long sur vous, mais aussi sur le monde qui nous entoure, notamment grâce aux rencontres si enrichissantes avec les autres. Cette année n’arrive qu’une fois… mais elle est garantie à vie !

[Elle ajoute] : Je tiens à préciser que je ne touche aucun cachet de la part de l’IFF Europe pour sortir un tel slogan [… rires] : à partir du moment où l’on se plonge pleinement dans une telle formation, je crois sincèrement en ses bénéfices !